Message et Actualité de Marie-Madeleine aujourd'hui

Mettons-nous à l’école de Marie-Madeleine. Etudions ses gestes, ses attitudes, son amour brûlant pour Jésus. Elle nous apprendra à nous approcher audacieusement du Christ, à l’aimer passionnément, à implorer sa miséricorde avec confiance, à l’adorer comme il le mérite, à le servir en premier pour mieux servir notre prochain ensuite. Celle qui a aimé au delà de la mort nous pousse à espérer contre toute espérance.

 

Celle qui a reçu la force de l’Esprit-Saint nous stimule à annoncer avec zèle et courage que Jésus est vraiment ressuscité. Il a vaincu la mort. Il est vivant pour toujours. Il nous ressuscitera pour être toujours avec lui. Plusieurs vérités de notre foi seront éclairées à partir de l’attitude de Marie-Madeleine auprès de Jésus, son Sauveur et Seigneur. Chaque thème développé est téléchargeable dans un fichier au format pdf.

 

Voici la liste des sujets abordés :

 

Adorer à l'école de Marie-Madeleine (P. Florian Racine)

Relevée par la miséricorde, de la contemplation à la mission

 

Voici huit messages que Marie-Madeleine enseigne par ses gestes et ses paroles pour adorer en « esprit et en vérité » :

 

1 : dans l’adoration, se laisser toucher par la miséricorde et la tendresse divine

2 : adorer à partir de l’écoute attentive de l’Évangile

3 : Dieu premier servi. Adoration et charité

4 : Offrir le meilleur à Notre Seigneur

5 : L’adoration comme le prolongement de la messe et intensification de la foi et de l’amour

6 : L’adoration, service de la personne divine de Jésus.

7 : Se prosterner devant le Saint?Sacrement

8 : Par la foi, toucher le Christ dans l’Eucharistie.

9 : Dans l’adoration, Jésus parle au coeur. L’Eucharistie, mon unique trésor

10 : Devenir missionnaire de cette présence du Ressuscité au milieu de nous.

 

Adorer à l'école de Marie-Madeleine (fichier pdf : 500 Ko)

Marie-Madeleine, nouvelle Ève (P. Florian Racine)

Du jardin d’Eden au jardin de la Résurrection.

 

C’est dans un jardin que Jésus a été enseveli. C’est dans ce même jardin qu’il jaillit de la mort et se manifeste vainqueur à Marie-Madeleine. Croyant voir un jardinier, elle entend son nom : « Marie ». Elle répond : « Rabbouni ». Elle a retrouvé celui que son cœur aime ! La voilà devenue l’Apôtre des apôtres, la première à annoncer que Jésus est ressuscité. Le Dieu jardinier avait créé Adam et Eve et les avait placés dans le premier jardin d’Eden. Ce même Dieu revient en habit de jardinier et réalise une nouvelle création. Eve s’était cachée devant Dieu en se détournant de lui. Marie-Madeleine, au contraire, se retourne vers le jardinier et reconnaît son Maître. Elle devient l’Eve de la nouvelle création. Fra Angelico, dans une œuvre sublime, montre Jésus ressuscité dans le jardin, remontant vers le Père, et inaugurant une vie nouvelle. Marie-Madeleine en reçoit les prémices.

 

La tradition chrétienne a utilisé l’expression « Nouvelle Eve » pour évoquer d’abord la Vierge-Marie, ensuite l’Eglise, enfin Marie-Madeleine. A partir des textes bibliques, l’article ci-joint (téléchargeable en format pdf) met en parallèle les gestes et les paroles de la première Eve et de Marie-Madeleine dans les deux grands jardins bibliques. Là où Eve a succombé, Marie-Madeleine a toujours triomphé, grâce à celui en qui elle a mis tout son amour.

 

Marie-Madeleine, nouvelle Eve (fichier pdf : 336 Ko)

Faire son deuil avec Marie-Madeleine (P. Florian Racine)

Au delà du deuil, entrer dans l’espérance

 

Perdre un être cher est un événement bouleversant. Comment surmonter sa peine ? Comment supporter de vivre sans l’être aimé ? Il est nécessaire de faire un douloureux travail intérieur, le ‘travail de deuil’, qui passe habituellement par le déni, la colère, la dépression, jusqu’à l’acceptation et la reconstruction.

 

Marie-Madeleine devra faire un triple deuil de Jésus :

  • à la croix, de l’achèvement de son existence terrestre, de son départ ( = déni)
  • à la déposition en terre, de sa perte ( = colère)
  • au matin de Pâque, de son absence ( = dépression)
  • jusqu’à la rencontre avec le Ressuscité, la communion dans la foi et la mission ( = acceptation / reconstruction)

 

Marie-Madeleine nous indique le chemin du deuil. Malgré l’abondance de ses larmes et sa peine profonde, son amour pour le Christ a traversé la mort. Elle rencontre le Christ ressuscité qui se manifeste à elle sous un nouveau mode. Elle ne peut le garder pour elle, mais doit le laisser monter vers le Père. Par contre, elle reçoit de lui une mission qui la libère de sa douleur et l’envoie vers les autres. Une nouvelle vie commence pour elle.

 

Faire son deuil avec Marie-Madeleine (fichier pdf : 303 Ko)

La Miséricorde et Marie-Madeleine (P. Sean et Régis Burnet)

Le Sacrement de la Confession

Par Régis Burnet, extrait de « Marie Madeleine, de la pécheresse repentie à l’épouse de Jésus » (p. 89-91), Le Cerf

 

Les prédicateurs, surtout les ordres mendiants du Moyen Age, prenaient en exemple Marie-Madeleine, la beata peccatrix, la bienheureuse pécheresse. Les éléments de sa vie servirent à illustrer les quatre étapes du sacrement de la Confession (ou de la Réconciliation). 

 

Le Sacrement de la Confession (fichier pdf : 114 Ko) 

 


Les Sacrements de la Miséricorde divine

(par le P. Sean Davidson)

 

Le texte qui suit montre le lien étroit qui existe entre le parcours spirituel de Marie-Madeleine et la Miséricorde divine. A partir de l’évangile, le P. Sean développe comment Marie-Madeleine va très vite passer du statut de pécheresse à celui de très grande sainte. Il en est de même pour le bienheureux Charles de Foucauld. Par la Miséricorde du Christ, il parviendra aussi à changer radicalement de vie. Grâce aux sacrements de la Confession et de l’Eucharistie, Charles fait l’expérience de la Miséricorde aussi intensément que Marie-Madeleine aux pieds de Jésus il y a deux mille ans. Cette Miséricorde est proposée à tout homme, quel qu’il soit, d’où qu’il vienne, et quoi qu’il ait fait, dans les mêmes sacrements… A chacun de s’y presser !

 

Les Sacrements de la Miséricorde (fichier pdf : 214 Ko)

L’union mystique (Card. Pierre de Bérulle)

Marie-Madeleine, la contemplative et la mystique

cité dans Régis Burnet, « Marie Madeleine, de la pécheresse repentie à l’épouse de Jésus », Le Cerf

 

Pierre de Bérulle au XVIe siècle, en fondant l’ordre de l’oratoire, écrivit une « Élévation à Jésus-Christ sur la conduite de son esprit et de sa grâce vers sainte Madeleine ». Pour lui, Marie-Madeleine est une seule véritable mystique, gratifiée de ce don par Dieu, ce qui la place quasiment au-dessus des apôtres. Par sa vie mystique, elle franchit cinq étapes pour se conformer à celui qu’elle aime (élection, ignorance, union mystique à Dieu, anéantissement et conformation à Dieu)…

 

La contemplative et la mystique (Pierre de Bérulle) (fichier pdf : 157 Ko)

La charité active envers Jésus au Saint-Sacrement (St Pierre Julien Eymard)

Au XIXè siècle, saint Eymard voit en Marie-Madeleine un modèle pour les adorateurs. Notre Seigneur nous aime tous, cependant il a ses amis préférés. Madeleine ouvre la voie aux pécheurs : elle est montée jusqu'au Cœur de Dieu, parce qu'elle est partie de très bas. Après sa conversion, Madeleine suit Jésus partout. Jésus défend les contemplatifs qui entendent souvent ces reproches des actifs : « Vous êtes inutiles ! Venez donc travailler au salut de vos frères par la charité ! » Ne faut-il pas aussi faire la charité à Jésus-Christ, pauvre et délaissé dans son Sacrement ?

 

Marie-Madeleine aime d’un amour souffrant. Elle monte jusqu'au Calvaire et suit Jésus-Christ jusqu'au bout. Elle aime. Elle compatit. Celui qui aime veut partager l'état de son ami. L'amour fond deux vies, deux existences en une… Voilà l'héroïne chrétienne ! Elle finit sa vie en Provence…

 

Charité envers le Saint-Sacrement (fichier pdf : 185 Ko)